Articles

Les Bains de Paris, un lieu hybride et inventif qui fait la différence.

Plus sage en 2016 mais plus chic qu’en 1980, l’établissement « les Bains », Paris III est aujourd’hui un hôtel smart et peu conventionnel.

Après deux ans de travaux et une dizaine de millions d’euros investis, c’est maintenant un hôtel cinq étoiles qui occupe tout l’immeuble du 7, rue du Bourg-l’Abbé. Spacieux et conceptuels, les appartements des bains sont tous dotés d’une personnalité singulière. Tout comme les plus grands palaces, les bains proposent une suite Penthouse de 310 m².

L’hôtel présente également aux clients de l’hôtel, un salon chinois, où chacun peut se servir librement et se prendre pour un bar tender l’espace d’une soirée et cache même un salon secret desservi par son propre ascenseur.

Les bains c’est aussi une néo-brasserie, un club de concerts, qui accueille régulièrement des expositions pointues, une résidence d’artistes et les Bains sont devenus spa.

Refaire et parfaire les bains douches version 2015

Ce qui fait que l’atmosphère du lieu est si particulière c’est parce que les bains douches ont été pensés par Vincent Bastie et décorés par l’équipe des ateliers Lucien Tourtoulou. Ces artistes ont durant des mois pensé cette déco kitch et scandinave 100% 80’s.

Un lieu à la pointe des dernières tendances

Toutes les chambres sont uniques car elles sont subtilement décorées avec des enduits CMP de différentes couleurs (acronyme de chaux, marbre et pierre) et proposent aux clients un système son Marshall. Selon l’humeur, le client peut jouer avec la luminosité de la pièce et se détendre comme bon lui semble.

Les dessus de lit sont en velour côtelé, les têtes de lit en marbre blanc, bois précieux et patines brutes…

Les bains, devenu spa et piscine, sont habillés de faïence craquelée blanche et bleu givré ;

Le restaurant ose quant à lui se parer d’une peinture rouge vinyle, glossy.

La cage d’escalier et les couloirs de la boite de nuit sont en toile de lin patinée, effet « suintement de pétrole ».

Grâce à ces nombreux détails, « Les Bains » jouent aujourd’hui dans la même cour que les plus beaux hôtels de Paris. Loin des usages classiques du haut luxe hôtelier les Bains douche font la différence et ont de quoi séduire les clients les plus exigeants de la capitale. 

Le luxe vu de l’intérieur

Guerlain x JonOne devanture« Travailler dans le luxe, c’est appréhender les exigences des clients pour pouvoir y répondre et les surpasser. » Telle est la vision de Sophie, assistante manager chez Guerlain. Le flagship de la célèbre marque de parfum situé sur les Champs-Elysées, attire de nombreux touristes et aficionados souhaitant découvrir les dernières nouveautés de la Maison ou tout simplement s’immerger dans l’univers Guerlain. Faut dire que l’emplacement est idéal : situé en plein cœur de Paris, le 68, Champs-Elysées s’entend sur plus de 1000 m2, répartis sur quatre niveaux pour offrir une expérience multi-sensorielle unique. Ici tout est fait pour répondre aux attentes des clients, même les plus exigeants. En quête constante de transparence, des ateliers sont organisés pour permettre aux visiteurs de découvrir les matières premières qui viennent composer les fragrances les plus emblématiques de la Maison, de même pour le maquillage… « Le but est ici de faire connaître et expliquer le savoir-faire et l’héritage de Guerlain », nous confie Sophie. Le spa et le salon VIP sont d’autres services destinés à satisfaire les attentes des clients de prestige.
Mais ce n’est pas tout, le plus de cet espace réside aussi dans les expositions présentes en boutique comme celle de JonOne, que l’on peut encore admirer jusqu’au 28 février prochain.

Chanel make-upUne autre boutique, qu’on a plus le loisir d’admirer et que l’on regrette déjà, c’est celle du 382 rue Saint-Honoré. La boutique Chanel, exclusivement réservée aux collections beauté de la marque, avait su conquérir le cœur d’habitués, fidèles à la Maison depuis des années et souhaitant retrouver leur produit favori. « Certains clients rentraient par hasard dans notre boutique, à la recherche d’une expérience unique », raconte Charlotte, conseillère beauté Chanel. « En rentrant dans cet espace, ils entraient dans l’univers beauté de Chanel. » Et on ne peut être que séduit. L’accueil est chaleureux, presque intime. L’équipe porte une attention toute particulière aux détails pour satisfaire les besoins des clientes tout en générant de la surprise. Car « il est important de surprendre, de faire rêver. C’est ce qui définit le luxe, en plus de la beauté, de l’unique et de la qualité ». Et c’est au 40 rue des Francs Bourgeois, que se poursuit l’expérience Chanel, dans cette boutique permanente du Marais, en attendant que l’adresse rue Saint-Honoré nous dévoile sa nouvelle identité.

annick_goutal-boutiqueNon loin de là, au 14 rue de Castiglione, Francesca nous accueille dans la boutique tout en raffinement d’Annick Goutal. De nombreux touristes profitent d’un séjour à Paris pour découvrir ou redécouvrir les collections délicates de la Maison. Un univers extrêmement féminin, marqué par un fort storytelling autour de la fondatrice de la maison de parfums. C’est ainsi que l’on apprend que Petite-Chérie, l’un des best-sellers de la marque, fait référence à la fille d’Annick Goutal, lorsqu’elle quitta le domicile familial. C’est comme si en un instant, on était plongé dans l’univers Goutal, un univers de féminité paisible qui vous donne envie de rester des heures à admirer et sentir les doux mélanges de senteurs.

Le prestigieux refuge de Courchevel

 

Il n’y a plus de doutes. L’hiver s’est définitivement installé en France. Les premiers flocons de neige sont tombés, les écharpes sont enfilées et de nos plus beaux manteaux nous nous sommes équipés. La saison d’hiver a bel et bien commencé.

 

Rendez-vous dans la première Maison Cheval Blanc de Courchevel, situé au cœur des Alpes Françaises, autrement appelé le “Saint-Tropez des neiges”. Perché à 1 850m d’altitude, ce refuge d’exception fait partie du célèbre cercle exclusif des Palaces Français. Cette maison chaleureuse et intimiste accueille 37 chambres et suites spacieuses au sein du prestigieux Jardin Alpin et offrent un accès direct au plus vaste domaine skiable au monde : Le Domaine des 3 Vallées.

Dans cet esprit intime, élégant et ultra-contemporain, les clients y viennent pour se retrouver et s’abandonner le temps d’un week-end ou d’une semaine.

Au programme, des heures et des heures à se faire chouchouter dans le spa Cheval Blanc, proposant également des soins et des massages signés Guerlain. C’est un univers où il est bon de venir se délasser et se ressourcer au cœur de l’hiver, idéal pour laisser ses pensées vagabonder lorsque la neige tombe à gros flocons ou que le soleil caresse les cimes du domaine. Conçu pour proposer des soins toujours plus pointus et efficaces, il intègre chaque saison des protocoles innovants créés sur mesure pour les séjours en altitude.

Une fois relaxés, les clients peuvent profiter du 1947, fameux restaurant récompensé 2 étoiles au Guide Michelin et coordonné par le Chef Yannick Alléno. S’en suit une virée au White Bar et son chaleureux fumoir, ouvert tout au long de la journée. Détendu le jour et pétillant le soir, il propose une carte montagnarde simple et gourmande.

 

Une déclinaison des Maisons signés LVMH
Suite à l’ouverture des portes du Cheval Blanc à Courchevel en 2006, mais surtout suite à son succès, le groupe LVMH Hôtel Management a pris la décision de dupliquer le concept à Randheli situé aux Maldives (2013), mais également à Saint-Barth dans les Caraïbes (2014). Par ailleurs, de futurs projets sont en cours, notamment pour l’ouverture d’un Cheval Blanc à Oman et à Paris à la Samaritaine.

 

Camille Declercq

Royal Quartz, l’enseigne qui vend du rêve.

Véritable leader de la distribution de haute horlogerie en France, Royal Quartz est une enseigne de référence qui mérite bien sa notoriété et sa popularité.

C’est dans la boutique de la rue Royale que je me suis rendue pour m’offrir ma première montre de luxe et mon expérience consommateur a été mémorable.

Pour cet achat si spécial, j’ai choisi Royal Quartz et je ne regrette rien car cette boutique invite ses clients à un étonnant voyage. Un voyage au cœur des plus grandes maisons horlogères. Un voyage qui est fait d’expériences uniques et d’une quête de l’excellence. De Rolex à Cartier, en passant par Omega, Blancpain, Jaeger-LeCoultre, Hublot… Il est impossible en quelques mots d’être exhaustif sur le portefeuille de partenaires mais ce sont en tout plus de 10 000 montres de luxe qui, au travers du réseau de 18 points de vente, peuvent être présentées et proposées aux amateurs de montres.

Cette expérience mémorable se traduit par l’attention accordée à chaque détail et le soin apporté à l’accueil de ses clients.

Si vous vous rendez dans un point de vente Royal Quartz vous trouverez un accueil personnalisé, un sens du conseil parfaitement adapté à chacun, des horlogers formés par les marques elles-mêmes. J’ai rarement eu l’occasion de me faire autant chouchouter par un vendeur. Le jour de mon anniversaire, l’une d’elle m’a même appelé pour me le souhaiter. Après l’achat, j’ai eu la chance de me voir offrir un petit porte carte Rolex ainsi qu’une bougie Royal Quartz.

Si mon choix s’était porté sur une Reverso j’apprends également que les clients Jaeger-LeCoultre ont le droit d’avoir une expérience toute particulière et se voient offrir un voyage en Suisse. Si ils achètent une montre ils peuvent visiter la manufacture ou les garde-temps sont créés. Durant trois jours, ils seront pris en charge dès leur arrivée : Hôtel, spa, piscine visite de la manufacture sont l’occasion pour l’acheteur de rêver.

#efapmbaluxe #Luxury #Royalquartz

 

Le luxe face à l’accélération des rythmes de collections

Le luxe qui prône l’excellence de son savoir-faire, la technicité et la rareté de ses produits, a besoin de connaissances mais surtout de temps pour se réaliser.
Or, l’accélération de nos rythmes de consommations a poussé la mode a augmenté le nombre de ses collections. Par contagion et face à une concurrence mondiale, nombre de maisons de luxe ont également du se plier à la dictature de la croissance. Au point où, la mode de luxe a créé des collections croisières, soit des pré-collections saisonnières, qui s’ajoutent aux collections. Ainsi Chanel lance-t-elle a minima quatre collections par an. On peut se demander où retrouver l’exclusivité et surtout le produit final est-il de qualité ? Plus que légitime, ce débat est réel : combien de griffes se frottent à la déception nostalgique de ses clients face à leurs produits ?
Il est inutile de s’attarder ou même de citer ces griffes car d’autres font de la résistance et leur exemples témoignent que le luxe ne s’est pas détérioré comme on pourrait le penser. Une maison de luxe s’inscrira dans la durée, elle prendra le temps qu’il faut pour créer son produit. Dans une logique d’affranchissement, Azzedine Alaïa avait été le premier dans les années 1990 à ne pas suivre le calendrier de la fashion week et à présenter ses collections quand il était prêt.

luxe contre l'accroissement des collections

Crédits photos : Alexis Lecomte

Pensons également aux artisans indépendants qui ne travaillent que sur commande privée. Leur volonté est de privilégier la rareté des produits et d’offrir la pièce qui surpasse les attentes du client. La haute-couture, appellation juridique contrôlée, est en tête de file tout comme les métiers d’Art de Chanel qui regroupent des manufactures d’exception, vestige d’un artisanat qui se perd tout en continuant de se perfectionner techniquement.
Toutefois, ces exemples demeurent encore anecdotiques. Les maisons de mode étendent leurs collections afin de répondre à une demande globale. Le marché est soumis aux désirs du consommateur mais le luxe devrait-il pas être au-dessus de cela ? Pourquoi ne pas au contraire rendre inaccessible ses produits qui souffrent d’un excès de popularité afin d’augmenter le désir de les posséder ?

Pour cela, il suffit d’augmenter leur prix. Ainsi, un trench-coat Burberry valait 211€ en 2001 contre 1195€ en 2012. Si cela peut sembler aberrant, ce phénomène explique également comment Burberry a développé une image de prestige apparaissant pour certains comme une maison de luxe, bien que la marque anglaise n’a pas le même positionnent qu’Hermès, reconnu comme une maison de luxe.

Il est évident qu’une maison ne se mesure pas au nombre de ses produits mais à la qualité de ces derniers. Pour autant, une marque haut de gamme peut apparaître comme une marque de luxe. Ainsi, le débat de l’accroissement des collections s’efface pour révéler le véritable défi. En effet, le cœur du problème se place vers l’identification du luxe : comment différencier marques et maisons ? Haut de gamme et luxe ?
Le prochain défi des maisons se posera quant à leur identité. Il est clair que le positionnement d’une maison pour une large collection sera un indice des valeurs portées de celle-là. Finalement, tout n’est qu’une question d’éducation, de culture du client qu’il faut apprendre à informer.

 

Bucherer, le concept store suisse haut de gamme dans l’horlogerie et la bijouterie

Vendredi 27 Novembre 2015, 16h20.
Rendez-vous à deux pas de la place Vendôme.

L’hiver s’est définitivement installé. Les Champs-Elysées se sont ornés de leurs plus belles décorations de Noël afin d’accueillir touristes et parisiens, les vitrines s’animent dans tous les sens, et les bûches de fin d’année se glissent sur nos tables. Non, aujourd’hui, les bûches ne seront malheureusement pas mon sujet principal mais presque, Bucherer.

Installé au coeur de Paris depuis 2 ans, le concept store suisse Bucherer s’est gardé une place de luxe entre le Boulevard des Capucines et l’angle de la rue Scribe. Fondée en 1888, l’entreprise familiale (dirigée aujourd’hui par Jörg G. Bucherer) est connue en qualité de commerce spécialisé offrant des montres de marques haut de gamme ainsi que pour sa large palette exclusive de bijoux. Avec plus de 125 ans d’ancienneté, le groupe compte aujourd’hui dix-sept bijouteries Bucherer en Suisse et à Berlin, la Bijouterie Kurz SA, la Swiss Lion AG, le groupe de bijouterie Haban à Vienne, une boutique Chopard à Lugano, un Swatch-Store à Zurich ainsi que son propre atelier d’horlogerie, la Bucherer Montres SA.

Ce dernier leur permet de produire avec succès sa propre marque de montres appelée « Carl F. Bucherer » et jouit d’une excellente réputation au niveau mondial en tant qu’entreprise assurant le design et la fabrication de bijoux innovateurs créés dans ses propres ateliers. Parmi ses créations connaissant le plus grand succès, citons par exemple la bague tournante Dizzler® originale et enjouée.

Depuis Mai 2015, le magasin accueille neuf nouvelles identités afin de rehausser le nombre de marques proposées dont Hamilton, Bell&Ross, Poiray, Frédéric Constant qui se rajoutent aux grands noms tels que Rolex, Chopard, Jaeger-LeCoultre, Piaget, Audemars Piguet.

HausBucherer-Luzern-CH_mini

Aujourd’hui, le groupe Bucherer réalise un chiffre d’affaires annuel moyen de 450 millions de francs suisses environ, ce qui lui permet de se placer au titre de leader suisse dans le commerce de détail de l’horlogerie et de la bijouterie. Plus précisément, Bucherer SA réalise 70% de son chiffre d’affaires dans le domaine de l’horlogerie et environ un quart dans le secteur des bijoux. Quant au reste, il correspond à la vente de cadeaux et des accessoires.

Ainsi, Bucherer consolide sa position de fournisseurs multi-brand de pointe en Europe, principalement dans le segment haut de gamme de l’horlogerie et de la bijouterie.

PS  : Le réveillon arrive à grands pas. Plus qu’un mois avant de passer cette merveilleuse fête de fin d’année en famille, si vous manquez d’idées, je vous conseille vivement d’aller faire un tour dans le temple de la montre, ne serait-ce que pour y flâner.

A bon entendeur …

 

BUCHERER HAMBURG