Articles

Hyppolite vs Pistache

Think “Palaces”, “5 star hotels”, and you may not right away think about child-proof or even child-friendly places… In Paris, Le Bristol or Le Meurice stood up to the challenge to prove you wrong.

 

“Les Amis d’Hypolyte”, a dedicated club for children at Le Bristol

Hyppolyte Jammet was the name of the founder of Le Bristol Paris’… but Hyppolyte is also now the Bristol’s famous gardening rabbit, a special emissary greeting the younger guests of the parisian Palace. In addition to the 2 cats of the hotel, this animal may be only a plushmate, but is certainly the other star for the youngest guest of the hotel. Children receive their own Hyppolyte upon their arrival so that he can remain their companion throughout their stay and accompany them while visiting Paris with their special booklet, or while indulging in a scavenger hunt throughout the hotel, or also enjoying a decadent tea time. Adjacent to Le Spa, mothers too can enjoy a nice break while children spend some fun time relaxing in their own club, a welcoming play room filled with books, toys and games… More than just a plush, “Les Amis d’Hypolyte” is a family value, a welcoming friend for family friends.

 

Pistache connects families with le Meurice

At first sight on the internet website, I thought Le Meurice was less welcoming to families with children, but digging helps you find treasures! The hotel also has its own mascot, Pistache, the plush dog. A passport has also been created for the children with a trail of the city’s most magical sights, and inside the hotel, a treasure hunt is organized as well. You can continue the adventure in the jardin des tuilleries where children can play with custom-made toy wooden boats to sail in the boat pond. Granted they are more than 6 years old, in Le Meurice, Mother and children can relax together at the spa. In addition there is an on-line game for the most connected children to learn about the little secrets of le Meurice with a playfull quizz.

 

I can’t really designate which contender is the cutest, but I can definitely say those 2 palaces won me over with their wonderful programs. I can’t wait to try them out !

Le luxe vu de l’intérieur

Guerlain x JonOne devanture« Travailler dans le luxe, c’est appréhender les exigences des clients pour pouvoir y répondre et les surpasser. » Telle est la vision de Sophie, assistante manager chez Guerlain. Le flagship de la célèbre marque de parfum situé sur les Champs-Elysées, attire de nombreux touristes et aficionados souhaitant découvrir les dernières nouveautés de la Maison ou tout simplement s’immerger dans l’univers Guerlain. Faut dire que l’emplacement est idéal : situé en plein cœur de Paris, le 68, Champs-Elysées s’entend sur plus de 1000 m2, répartis sur quatre niveaux pour offrir une expérience multi-sensorielle unique. Ici tout est fait pour répondre aux attentes des clients, même les plus exigeants. En quête constante de transparence, des ateliers sont organisés pour permettre aux visiteurs de découvrir les matières premières qui viennent composer les fragrances les plus emblématiques de la Maison, de même pour le maquillage… « Le but est ici de faire connaître et expliquer le savoir-faire et l’héritage de Guerlain », nous confie Sophie. Le spa et le salon VIP sont d’autres services destinés à satisfaire les attentes des clients de prestige.
Mais ce n’est pas tout, le plus de cet espace réside aussi dans les expositions présentes en boutique comme celle de JonOne, que l’on peut encore admirer jusqu’au 28 février prochain.

Chanel make-upUne autre boutique, qu’on a plus le loisir d’admirer et que l’on regrette déjà, c’est celle du 382 rue Saint-Honoré. La boutique Chanel, exclusivement réservée aux collections beauté de la marque, avait su conquérir le cœur d’habitués, fidèles à la Maison depuis des années et souhaitant retrouver leur produit favori. « Certains clients rentraient par hasard dans notre boutique, à la recherche d’une expérience unique », raconte Charlotte, conseillère beauté Chanel. « En rentrant dans cet espace, ils entraient dans l’univers beauté de Chanel. » Et on ne peut être que séduit. L’accueil est chaleureux, presque intime. L’équipe porte une attention toute particulière aux détails pour satisfaire les besoins des clientes tout en générant de la surprise. Car « il est important de surprendre, de faire rêver. C’est ce qui définit le luxe, en plus de la beauté, de l’unique et de la qualité ». Et c’est au 40 rue des Francs Bourgeois, que se poursuit l’expérience Chanel, dans cette boutique permanente du Marais, en attendant que l’adresse rue Saint-Honoré nous dévoile sa nouvelle identité.

annick_goutal-boutiqueNon loin de là, au 14 rue de Castiglione, Francesca nous accueille dans la boutique tout en raffinement d’Annick Goutal. De nombreux touristes profitent d’un séjour à Paris pour découvrir ou redécouvrir les collections délicates de la Maison. Un univers extrêmement féminin, marqué par un fort storytelling autour de la fondatrice de la maison de parfums. C’est ainsi que l’on apprend que Petite-Chérie, l’un des best-sellers de la marque, fait référence à la fille d’Annick Goutal, lorsqu’elle quitta le domicile familial. C’est comme si en un instant, on était plongé dans l’univers Goutal, un univers de féminité paisible qui vous donne envie de rester des heures à admirer et sentir les doux mélanges de senteurs.

A useful retail experience..

We often forget that luxury companies, to be able to earn money and fame, have to have very strong salesperson teams. Those persons are very key and they need to be completely aware of the clientele trends and behaviors. Interviewing those people is quite revealing and it helps a lot to understand how the luxury galaxy works.

As far as I’m concerned, I’ve been able to make some interviews in the fashion industry. They do all agree on some points, they all want to make us dreaming. Here is a quote: « I think that luxury is a world that is made to make people dream and that’s it », it represents a lot what salespersons have in mind while working.

Furthermore, they all are very involved in their work, they do believe in their brand(s) identity and potential. They truly embody brands’ values while they are working and sometimes even when they are not working.

They consider luxury clientele as « dreamers, they want to escape by buying some luxury goods and services». But they are also very aware of the fact that anyone can buy luxury. «A Luxury client can be anyone. I think that everybody can have high expectations. Every person that is able to enjoy the simplest thing is a Luxury client».

Again, it’s all about dreaming and believing, «They act, they talk, they think, they spend in many different ways. The only thing they have in common is that they do really love to live or own something that they’ve been dreaming of ». Salespersons are trained to be open-minded, smiling, respectful, good convincers, honest and representative of the brand they are working for.

When they have to face major problems, they have to be very reactive, dynamic without forgetting that every customer can be a client. For those who faced problems with VVIP’s, they had to breath a lot ( I was told that it helps a lot..) and think rapidly in order to solve problems before VVIP’s noticed there was one. Sometimes, situations are quite complicated and they are not allowed to ruin relationships. That’s why they are trained for, embellish people’s needs and desires doing anything to protect them from «backstage» full of problems.

We can totally make a parallel between salespersons and psychologists in a way. They both work to make people’s life more comfortable.

 

When ephemeral experiences procure a long-lasting emotion

 

Outside window of the ephemeral Hermes Boutique rue de Passy in ParisInside of the Ephemeral Hermes boutique rue de Passy, ParisChristmas Shopping leads you sometimes off the beaten path… Strolling along Rue de Passy in Paris, I found my way inside the Franck & Fils department store, one of the oldest of the Paris Capital. There, an ephemeral Hermès store has settled for approximately a year. The modern sleek looking store contrasts with the “bourgeois” surroundings of the 16th “arrondissement” of Paris. When penetrating the premises, one may be a bit intimidated at first by the vast ethereal space but will surely soon warm up to the place, just like I did initiated by a charming ambassador who transported me into the Hermès perfume wonderland.

 

Hermes Candles with origami horseThis one-of-its-kind store, completely dedicated to perfume and only there for a year. We are far from the atmosphere of the Faubourg St Honoré or the Georges V avenue stores who feature leather, silk and other famous artefacts of the brand. The modern style of the store is closer the newly redecorated Rue de Sevres store, with the same mosaic on the floor with walls reminding the shape of the new perfumed candles of the brand.

 

 

HermessencesbottlesFrom the oldies like Caleche to the more modern scents like the “Hermessences” you will not travel through fragrances and notes, but through emotions and experiences. And if you are not looking for yet another bottle of fragrance, you may be tempted by a candle or a scented origami horse to decorate and delicately flood the atmosphere of your home with perfume.

 

After my visit to the store, the right side of my brain just tainted a bit more orange… And if you do indulge as well, don’t forget to send out a postcard to family or friend at the end of your visit. Now is the time to make your season’s greetings in style… Courtesy of Hermès !

 

hermesmailboxhermespostcards

Bucherer, le concept store suisse haut de gamme dans l’horlogerie et la bijouterie

Vendredi 27 Novembre 2015, 16h20.
Rendez-vous à deux pas de la place Vendôme.

L’hiver s’est définitivement installé. Les Champs-Elysées se sont ornés de leurs plus belles décorations de Noël afin d’accueillir touristes et parisiens, les vitrines s’animent dans tous les sens, et les bûches de fin d’année se glissent sur nos tables. Non, aujourd’hui, les bûches ne seront malheureusement pas mon sujet principal mais presque, Bucherer.

Installé au coeur de Paris depuis 2 ans, le concept store suisse Bucherer s’est gardé une place de luxe entre le Boulevard des Capucines et l’angle de la rue Scribe. Fondée en 1888, l’entreprise familiale (dirigée aujourd’hui par Jörg G. Bucherer) est connue en qualité de commerce spécialisé offrant des montres de marques haut de gamme ainsi que pour sa large palette exclusive de bijoux. Avec plus de 125 ans d’ancienneté, le groupe compte aujourd’hui dix-sept bijouteries Bucherer en Suisse et à Berlin, la Bijouterie Kurz SA, la Swiss Lion AG, le groupe de bijouterie Haban à Vienne, une boutique Chopard à Lugano, un Swatch-Store à Zurich ainsi que son propre atelier d’horlogerie, la Bucherer Montres SA.

Ce dernier leur permet de produire avec succès sa propre marque de montres appelée « Carl F. Bucherer » et jouit d’une excellente réputation au niveau mondial en tant qu’entreprise assurant le design et la fabrication de bijoux innovateurs créés dans ses propres ateliers. Parmi ses créations connaissant le plus grand succès, citons par exemple la bague tournante Dizzler® originale et enjouée.

Depuis Mai 2015, le magasin accueille neuf nouvelles identités afin de rehausser le nombre de marques proposées dont Hamilton, Bell&Ross, Poiray, Frédéric Constant qui se rajoutent aux grands noms tels que Rolex, Chopard, Jaeger-LeCoultre, Piaget, Audemars Piguet.

HausBucherer-Luzern-CH_mini

Aujourd’hui, le groupe Bucherer réalise un chiffre d’affaires annuel moyen de 450 millions de francs suisses environ, ce qui lui permet de se placer au titre de leader suisse dans le commerce de détail de l’horlogerie et de la bijouterie. Plus précisément, Bucherer SA réalise 70% de son chiffre d’affaires dans le domaine de l’horlogerie et environ un quart dans le secteur des bijoux. Quant au reste, il correspond à la vente de cadeaux et des accessoires.

Ainsi, Bucherer consolide sa position de fournisseurs multi-brand de pointe en Europe, principalement dans le segment haut de gamme de l’horlogerie et de la bijouterie.

PS  : Le réveillon arrive à grands pas. Plus qu’un mois avant de passer cette merveilleuse fête de fin d’année en famille, si vous manquez d’idées, je vous conseille vivement d’aller faire un tour dans le temple de la montre, ne serait-ce que pour y flâner.

A bon entendeur …

 

BUCHERER HAMBURG

Alber Elbaz et Lanvin : La Séparation

Après la non-reconduction du contrat d’Alexander Wang chez Balenciaga, et quelques jours seulement après la séparation de Christian Dior et Raf Simons, c’est au tour de la maison Lanvin de confirmer le départ de son couturier Alber Elbaz, mettant fin à 14 années de collaboration.

 

Alber Elbaz quitte Lanvin. Cette annonce de la publication spécialisée WWD a fait l’effet d’une bombe, mercredi 28 octobre dernier, dans l’industrie du luxe.

Le couturier au nœud papillon était entré en 2001 chez Lanvin et avait su donner un nouveau souffle à la maison parisienne, tout en imposant son style avec élégance. Aujourd’hui, il quitte la prestigieuse adresse du Faubourg-Saint-Honoré, sur décision de l’actionnaire majoritaire, Mme Shaw-Lan Wang, avec laquelle il semblait avoir des différends.

Final Lanvin Show - CREDIT Rex Shutterstock

Les réelles causes de cette séparation restent cependant floues. Certains voient en Elbaz le nouveau directeur artistique de Dior, quand d’autres pointent du doigt une certaine lassitude de la part du couturier, « médiatiquement dépassé par d’autres créateurs comme Olivier Rousteing chez Balmain ».  Quoiqu’il en soit, à 54 ans, Alber Elbaz tourne la page. Celle d’un chapitre qui a marqué l’histoire de la maison de couture française, la plus ancienne, fondée il y a 125 ans.

Celui qui a participé à l’exposition Jeanne Lanvin au palais Galliera, avant de faire l’objet d’une introspective à la Maison Européenne de la Photographie, devrait rapidement rebondir. La critique reste, en effet, optimiste, quant à l’avenir du designer. A la tête de la création chez Dior, ou ailleurs, il saura mettre à profit sa maturité et sa notoriété pour faire perdurer son talent. En atteste son Superstar award, remis fin octobre dernier, par Meryl Streep lors de la Fashion Group International Night Of Stars à New York.

Les salariés de Lanvin, eux aussi conquis par la « créativité sans faille » du couturier, réclament déjà son retour, inquiets quant à l’avenir de la maison. Ils pourraient même assigner en justice la direction pour dénoncer les décisions de gestion et « faire entendre leur voix ». Affaire à suivre donc…

 

Source : wwd.com

Chanel Storytelling

« Réincarnation » Film by Karl Lagerfeld

A l’occasion du défilé des Métiers d’Arts 2015 à Salzbourg, le dernier storytelling de Chanel, réalisée par Karl Lagerfeld, met en scène l’Impératrice d’Autriche Sissi et l’Empereur Franz Ferdinand, interprété par Cara Delevingne et Pharrell Williams, retraçant l’inspiration de la veste iconique de la marque.

L’histoire évoque les origines de la fameuse veste en tweed Chanel devenue symbole d’élégance à la française, inspirée d’une veste d’homme. Au cours des saisons, l’emblématique veste de la maison a souvent été réinterprétée, réinventée, modernisée et banalisée –portée avec un jean- tout en gardant ses codes d’origines. Cette veste est devenue une pièce incontournable de la garde robe féminine, au même titre que la chemise blanche ou les escarpins.

A travers ce court métrage, Karl Lagerfeld revisite l’histoire de la maison au double C, en détournant et bousculant l’Histoire, mêlant rêve et réalité, notamment avec la réincarnation de ce couple mythique en couple mixte -plus représentatif de notre société actuelle- permettant une meilleure identification.

Les portraits impériaux s’animent le temps d’une valse de minuit, s’achevant sur des pas de danse contemporains. Ce mini film semble hors du temps, où les époques et les styles se croisent et s’entre croisent.

La marque cultive et maîtrise ainsi un ensemble de codes de l’univers du luxel’amour , le rêve, le prestige, le merveilleux et le raffinement – alliant passé et présent, héritage et modernité. Tout ceci rythmé aux notes de la chanson CC the World référence à l’Impératrice Sissi et aux initiales de la Maison.

Chanel à travers les yeux de Karl Lagerfeld nous fait à nouveau rêver et construit une relation privilégiée avec ses clients en réaffirmant ses valeurs par le biais d’une stratégie de brand content innovante et magique. La maison est passée maître dans l’art du storytelling avec la réalisation de 12 minis films sur les inspirations et l’histoire de Mademoiselle Chanel à retrouver le site à la rubrique Inside Chanel.