THE RETURN OF THE WONDERFUL CHILDREN

We met three former students of the MBA Luxury (Class of 2017), Jean-Philippe, Carine and Marianne. During this warm and truthful gathering, we were able to discuss their past year at the EFAP and their future projects, and they also gave us tips and advices for our current year.

The keywords of these moments were “enthusiasm and joy”; they were particularly happy to be reunited and they brought special life and excitement to our interview. We could witness their friendship and obvious complicity thanks to the many laughs, punchlines and memories they shared with us. For two hours – mostly off camera – they told us about their setbacks and successes oscillating between professional advices and personal anecdotes. This reunion relates their time at the EFAP, where they not only learned their jobs and acquired skills, but also created a wonderful and long-lasting friendship.

From their professional advices, among other things, we keep the -personal and needed- investment for all the projects and study cases. Plus, every student should work according to his/her own vision and his/her own desires. This meeting was totally relaxed and informal, and the most precious advices were given off camera. As if they were a generation passing on to the next one, it was with great kindness that they explained to us their vision of the future, their professional projects and how to fully experience our year at the EFAP.

They all agreed to say that we should enjoy, meet new people and stay open-minded to the luxury environment evolving around us: “It is also very important to support each other as friends and as a family, more precisely in time of doubts” told us Carine.

To summarize this privileged gathering in a few words, let us all remember to take one step at a time, to enjoy every single moment of the year and keep in mind that with perseverance and hard work, everything is possible.

Eva-Lan Baffert, Juliette Gazeau-Jallet, Lara Levet, Marie Védrenne

#EFAPMBALUXE 

Hôtellerie de luxe à Paris, vers le label Palace

Le Meurice

Depuis 2010, l’appellation « palace » est un label auquel peu d’hôtels de luxe peuvent se vanter d’être attachés. Si le terme est courant dans l’hôtellerie, il n’en reste pourtant que, pour la plupart, un terme commercial.

Depuis les années 1830, le mot d’origine anglaise désigne un établissement de grande taille, de bon goût et offrant des services de luxe. C’est au début du XXème siècle que la France construit en nombre conséquent de grands établissements de luxe pour accueillir la clientèle fortunée anglaise qui aime passer ses vacances en France. En 1909, la demeure du Duc de Crillon est transformée en Hôtel de Crillon, s’en suivent alors de nombreux établissements de renommée tels que le Plaza Athénée, le Ritz, le Bristol, le Meurice ou encore le Georges V.

Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Un Palace ? Non, un 5 étoiles !

Deluxe Junior Suite au Plaza Athénée

Beaucoup de personnes ont tendance à ne pas faire une distinction cohérente entre un hôtel de luxe et un « Palace ». En effet, cette appellation très prestigieuse est un critère qui est décerné à des hôtels respectant scrupuleusement des caractères bien définis.

Bien que le terme soit d’origine anglo-saxonne, « Palace » est un gage d’excellence et de prestige réservé à l’élite hôtelière française exclusivement. Le label, présent depuis 6 ans seulement de manière officielle, comporte les critères suivants :

-La première étape (outre l’obligation d’un établissement basé sur le sol français) est d’être un hôtel 5 étoiles depuis 12 mois, ou 6 mois s’ils ont été rénovés. Ils doivent ensuite soumettre un dossier à une commission d’appel nommée Atout France, justifiant qu’ils respectent les 203 critères obligatoires, et les 31 facultatifs, pour pouvoir être potentiellement admissibles.

-Une fois la phase d’écrémage terminée, les dossiers triés passent devant un jury qualifié, et présidé par 10 juges. Ce jury analysera les critères objectifs (localisation, qualité du service, personnalisation, précision et excellence du service et de la gastronomie, et la démarche environnementale mise en place par l’établissement).

Jardins du Bristol

Il existe toutefois une alternative trompeuse pour les non-experts, permettant à ces hôtels, prestigieux mais qui ont été recalés par Atout France, de se donner une illusion de Palace tout en approchant l’excellence : le label « 5 étoiles supérieur ». Ce titre est attribué à l’international, est décerné par Hotelstars Union composée actuellement de 11 pays européens. Leurs critères sont par ailleurs tout aussi (voire plus) exigeants que ceux des Palaces : unicité, particularité, distinction et exception. Ces établissements ne doivent être en aucun cas copiés ou imités.

Du symbole du luxe, au lieu d’exception, en passant par le prestige « made in France », les appellations hôtelières convergent mais ne se ressemblent pas.