2016-cosmetic-brands

Beauté. Cap sur 2016.

Le marché de la cosmétique est un marché porté par l’innovation. Aujourd’hui, pour se réinventer, les marques font la pari de miser sur les nouvelles tendances qui ont su faire leurs preuves et séduire une large clientèle. Zoom sur les alternatives prises par les marques.

1. S’inspirer d’ailleurs :

Innovants, les produits coréens présentent de nombreux atouts comme leur composition issue de la médecine traditionnelle ou encore leurs packagings kawaï très girly. La beauté made in Korea, appelée K-beauty, séduit les consommateurs mais aussi les marques qui s’en inspirent pour le lancement de leurs nouveaux produits comme Lancôme et son Miracle Cushion, pour une couvrance parfaite.

http://www.sephora.com/korean-skin-carePar ailleurs, Sephora, à l’instar d’autres marques occidentales, a d’ores et déjà fait le choix de surfer sur la vague coréenne en distribuant Chosungah et récemment Tony Moly ou encore LANEIGE (lancée au Canada et axée sur l’hydratation de la peau).

De son côté, le géant américain Macy’s a ouvert une boutique dédiée à la K-beauty dans le Queens à New-York, en partenariat avec la marque de soins Peach & Lily.

2. Capitaliser sur les nouvelles tendances :

Le multimasking ou l’art d’utiliser plusieurs masques simultanément pour répondre aux préoccupations des différentes zones du visage et du cou fait fureur. Bien qu’il ne soit probablement pas un nouveau concept pour la plupart des professionnels, il est devenu une énorme tendance chez les consommateurs. Éminence Organic Skin Care l’a bien compris et a décidé de lancer ses propres masques duo.multimasking

En capitalisant sur cette tendance de layering, les marques s’assurent d’un bon retour sur investissement. Deux des produits de Clinique se retrouvent dans le top 5 des articles les plus vendus ; de même que le masque éclat instantané global anti-âge Revitalizing Supreme d’Estée Lauder ; ou encore le masque baume repulpant multi-intensif de Clarins. Le multimasking permet la hausse des ventes de masques (près de 22,8% au Royaume-Uni, d’après le groupe NPD).

3. Développer son côté viral :

Les marques sont également de plus en plus nombreuses a prendre le tournant du numérique (cf Sephora Flash). Comme un passage obligé pour se réinventer, et en vue de générer de l’interactivité, les marques investissent dans l’expérience virale en boutique plutôt que dans la publicité sur Internet.

burberry-beauty-boxBurberry, pionnier en matière d’expérience digitale avait déjà fait ses preuves. A Covent Garden, la célèbre marque londonienne a initié ses clientes à sa première boutique connectée appelée Beauty Box. (https://youtu.be/H9yaz2XS8xQ). Guerlain aussi s’oriente vers le digital, en proposant, dès janvier prochain, un orgue à parfums digital fonctionnant sur la base d’un questionnaire olfactif dans sa boutique de la rue Saint-Honoré à Paris. La marque franco-coréenne Erborian, quant à elle, choisit d’offrir une expérience consommateur plus attractive en proposant à ses clients de régler leurs achats via l’application de paiement mobile Fivory. Gain de temps assuré.

Pour plus d’efficacité en 2016, les marques devront penser leur développement numérique dans leur globalité. Un sujet qui sera au coeur des préoccupations de la deuxième édition du salon Cosmetic 360, les 13 et 14 octobre 2016, au Carrousel du Louvre à Paris.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *