L’Hôtel Costes vend son odeur

Depuis 1991, l’Hôtel Costes de la rue du Faubourg Saint-Honoré fait office de référence en matière de luxe et de modernité à Paris. Refuge des riches parisiens qui aiment le velours rouge et l’esprit lounge, Costes est la signature du Beau. Tandis que la célèbre chaîne, fondée par les deux frères Costes, offrait jusqu’à lors à ses clients un service d’hôtellerie et de restauration, Costes, qui proposait déjà ses célèbres albums, vend maintenant son odeur.

Vitrine de la boutique de l'hôtel Costes

Il fait froid ce vendredi au 239 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris. Il est 15h et les piétons se pressent dans la rue. Devant l’hôtel, le voiturier patiente et attend le prochain client. On entre. La lumière est tamisée et un long couloir donne accès au restaurant de l’hôtel. A la porte, un serveur nous indique que l’entrée de la boutique se fait depuis la rue directement : « c’est la porte à côté. »

Sur la devanture, rien n’annonce que l’on vend ici l’odeur du Costes. On distingue à peine la vendeuse, cachée derrière son ordinateur. En vitrine, plusieurs flacons, alignés les uns aux autres, sans nom, sur un fond rouge orangé souligne l’expérience exclusive et minimaliste que le Costes veut offrir à ses clients. En poussant la porte vitré de l’entrée, la vendeuse s’approche : « Bonjour, je peux vous aider ? ». Nous lui indiquons que nous jetterons juste un coup d’œil. C’est un tout petit espace que l’hôtel a choisi d’exploiter pour vendre son odeur. L’atmosphère est délicieuse, les murs sont orange, la lumière est faible et le cadre intimiste. A notre grande surprise, l’atmosphère olfactive est complétement neutre. La vendeuse explique que cela nous permettra de nous concentrer sur les odeurs que nous allons sentir. Elle nous montre de grands tubes qui sortent du mur, ornés de feuilles de papier blanc comme des pétales de rose. « Vous pouvez vous pencher et sentir le diffuseur » lance-t-elle. A notre approche, une petite hélice se met à tourner et diffuse alors l’odeur indiquée sur la plaque de plexiglas au dessous. Fleur blanche nous rappelle les ballades à la campagne, l’herbe coupée et les cerisiers en fleur, mais notre choix se porte vers Ether qui signe des notes de cuir, plus masculines et nous laisse songer à un loft-new-yorkais.

Un client entre à son tour dans la boutique. Il demande alors à la vendeuse « Pourriez-vous me donner la bougie brune s’il vous-plait ? ». L’homme est vêtu d’un long manteau noir qui laisse entrevoir une simple chemise blanche. Agé d’une trentaine d’année, on imagine alors le client type, parisien, dynamique et moderne, habitué à venir acheter ses bougies parfumées ici. La vendeuse sort une bougie neuve de sa réserve et lui demande s’il recherche autre chose et s’il connaît déjà la boutique. Il acquiesce et en quelques minutes, la vente est effectuée. Comme chez un grand joaillier, on ne parle pas de prix ici.

Pour environ 45€, on peut s’offrir un parfum d’intérieur, une bougie ou encore une eau de toilette. Ouverte du lundi au samedi, et toute la journée, la petite échoppe de parfums est, en quelques sortes, la manière la plus chic d’apporter chez soi une petite part de l’ambiance Costes.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *