© Gonzalo Fuentes / Reuters

Alber Elbaz et Lanvin : La Séparation

Après la non-reconduction du contrat d’Alexander Wang chez Balenciaga, et quelques jours seulement après la séparation de Christian Dior et Raf Simons, c’est au tour de la maison Lanvin de confirmer le départ de son couturier Alber Elbaz, mettant fin à 14 années de collaboration.

 

Alber Elbaz quitte Lanvin. Cette annonce de la publication spécialisée WWD a fait l’effet d’une bombe, mercredi 28 octobre dernier, dans l’industrie du luxe.

Le couturier au nœud papillon était entré en 2001 chez Lanvin et avait su donner un nouveau souffle à la maison parisienne, tout en imposant son style avec élégance. Aujourd’hui, il quitte la prestigieuse adresse du Faubourg-Saint-Honoré, sur décision de l’actionnaire majoritaire, Mme Shaw-Lan Wang, avec laquelle il semblait avoir des différends.

Final Lanvin Show - CREDIT Rex Shutterstock

Les réelles causes de cette séparation restent cependant floues. Certains voient en Elbaz le nouveau directeur artistique de Dior, quand d’autres pointent du doigt une certaine lassitude de la part du couturier, « médiatiquement dépassé par d’autres créateurs comme Olivier Rousteing chez Balmain ».  Quoiqu’il en soit, à 54 ans, Alber Elbaz tourne la page. Celle d’un chapitre qui a marqué l’histoire de la maison de couture française, la plus ancienne, fondée il y a 125 ans.

Celui qui a participé à l’exposition Jeanne Lanvin au palais Galliera, avant de faire l’objet d’une introspective à la Maison Européenne de la Photographie, devrait rapidement rebondir. La critique reste, en effet, optimiste, quant à l’avenir du designer. A la tête de la création chez Dior, ou ailleurs, il saura mettre à profit sa maturité et sa notoriété pour faire perdurer son talent. En atteste son Superstar award, remis fin octobre dernier, par Meryl Streep lors de la Fashion Group International Night Of Stars à New York.

Les salariés de Lanvin, eux aussi conquis par la « créativité sans faille » du couturier, réclament déjà son retour, inquiets quant à l’avenir de la maison. Ils pourraient même assigner en justice la direction pour dénoncer les décisions de gestion et « faire entendre leur voix ». Affaire à suivre donc…

 

Source : wwd.com

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *